Perméabilité ou « leaky gut », ce qu’il importe de savoir!

Perméabilité ou « leaky gut », ce qu’il importe de savoir!

28 février 2023

Le phénomène de la perméabilité intestinale est de plus en plus expliqué par la science et ce, depuis maintenant plusieurs années. Les données sont en constante évolution. Lorsqu’on parle de la perméabilité intestinale, on s’intéresse spécifiquement à la muqueuse, c’est-à-dire, à la paroi de notre intestin. Une paroi saine est étanche et limite la circulation de molécules de l’intérieur de l’intestin vers l’extérieur et vice-versa. Autrement dit, le contenu de l’intestin reste à l’intérieur de celui-ci alors que les molécules présentes dans la circulation sanguine ne peuvent pas pénétrer dans l’intestin. Qu’en est-il si ce niveau de perméabilité est altéré ? Est-ce que cela pourrait engendrer de l’inflammation non désirée pour l’équilibre de l’organisme, des problématiques ou des maladies ? À l’inverse, est-ce que certaines maladies seraient responsables de la perturbation de la muqueuse ? C’est ce que nous tenterons d’expliquer dans les sections suivantes.

Comprendre la muqueuse intestinale

La fonction de la muqueuse intestinale est certainement d’éviter une circulation de molécules non souhaitées, de part et d’autre de cette dernière. La muqueuse est constituée d’une foule de cellules nommées les cellules épithéliales. Ces dernières sont reliées entre elles par les jonctions serrées. Ces jonctions sont responsables du contrôle de ce qui peut circuler adéquatement (eau, certains ions, sucres, etc.) et de ce qui ne devrait pas traverser. À cet endroit se trouvent également des cellules immunitaires bien précieuses, responsables de la gestion de l’immunité, comme les défensines, les lymphocytes, les macrophages, etc.

La perméabilité intestinale, est-ce problématique ?

Vous l’aurez compris, une paroi saine n’est donc pas totalement étanche. Cependant, nous savons aujourd’hui qu’une trop grande perméabilité est associée à certains symptômes et quelques maladies. Il s’agit de liens associatifs, pas de causalité. La nuance est importante, puisque bien des éléments restent à découvrir. Ainsi, les études ont observé une hyperperméabilité intestinale chez différentes populations. À titre d’exemple, la perméabilité intestinale pourrait être impliquée dans :

🦠 Le syndrome de l’intestin irritable (SII)
🦠 Les maladies inflammatoires de l’intestin (MII) comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse
🦠 La maladie cœliaque
🦠 L’arthrite rhumatoïde
🦠Le diabète de type 1 et de type 2

Plusieurs facteurs influencent la fonction de la barrière intestinale comme les composés de la barrière, l’alimentation, les bactéries intestinales, le stress et l’activité physique. 

Perméabilité intestinale et inflammation

Comme mentionné précédemment, la muqueuse intestinale loge une foule de cellules immunitaires. Pour cette raison, une augmentation de la perméabilité intestinale mène à une réponse immunitaire qui appelle dans son processus, des molécules inflammatoires. Ce mécanisme, s’il devient chronique, peut à son tour induire une altération des jonctions; un réel cercle vicieux. En effet, lors d’une augmentation de la perméabilité intestinale, l’entrée des bactéries et des composés inflammatoires dérivés du microbiote augmente dans le système circulatoire. Évidemment, l’objectif est de limiter cet effet. La perméabilité intestinale engendre un système immunitaire suractivé ce qui peut augmenter la signalisation de l’inflammation.

Ce schéma résume bien l’état de la situation lors d’une altération de la barrière intestinale :


Adapté de Pickard et al. (2017

Perméabilité et microbiote intestinal

Que pouvons-nous faire, concrètement, pour assurer l’intégrité de la muqueuse de notre intestin ? À ce jour, les résultats sont encore préliminaires et des études de plus grande envergure sont nécessaires afin de cibler les interventions nutritionnelles précises pour chaque individu. Toutefois, on sait que la qualité du microbiote va de concert avec l’intégrité de la paroi intestinale. Et il est possible d’affecter positivement la variété et la qualité des micro-organismes logeant dans notre intestin via les habitudes alimentaires. 

Pour apprendre comment nourrir adéquatement votre microbiote, consulter l’article Alimentation et microbiote intestinal : ce que vous devez savoir !

Maintenant, qu’en est-il des recommandations générales actuelles en lien avec ce fameux« leaky gut »? Nous vous rappelons que ces recommandations sont préliminaires et doivent être adaptées à chaque personne, puisque notre microbiote nous est tous unique.

Consommer des gras de qualité

Intégrer au menu des gras en provenance des poissons et des végétaux est bénéfique. On connaît depuis longtemps les avantages des gras insaturés sur la santé, par exemples en lien avec la santé cardiovasculaire. À ce jour, nous savons que leurs bienfaits s’étendent également à la santé intestinale, notamment, grâce à leur effet sur le microbiote intestinal. En ce sens, limiter la consommation de gras saturés (ex. viandes rouges et transformées) et optimiser la présence des oméga-3 (poissons comme le saumon, la truite et les sardines) dans l’alimentation serait favorable pour notre muqueuse.

Choisir les précurseurs de butyrates

Une des molécules favorables pour améliorer la barrière intestinale sont les acides gras à chaîne courte, composés synthétisés par les bactéries intestinales. Le butyrate est un acide gras à chaîne courte connu pour son effet favorable sur le maintien de l’intégrité de la barrière intestinale. Ce dernier est sécrété par les bactéries, principalement lorsqu’elles sont nourries avec des aliments de choix. Parmi ceux-ci, on pense aux aliments riches en fibres (grains entiers, fruits, légumes, noix et graines) mais également aux prébiotiques (betteraves, inuline, ail, banane, poireau, etc.).

Avoir une alimentation faible en sucres ajoutés

Une alimentation faible en sucre est certainement favorable pour maintenir les jonctions serrées…serrées. En effet, plusieurs études se sont même penchées sur le rôle du fructose dans ce contexte. Certaines études ont observé que le fructose peut augmenter la perméabilité intestinale et promouvoir la libération des facteurs inflammatoires au foie. Par contre, les études sont encore préliminaires sur l’influence des différents types de sucres, ce qui nous amène à garder le focus sur les sucres ajoutés, de manière générale. Miser sur une réduction des aliments commerciaux riches en sucres comme les biscuits, gâteaux, pâtisseries, barres tendres et céréales sucrées est donc à favoriser. Une lecture adéquate de la liste des ingrédients sera toujours un excellent allié en essayant que les synonymes de « sucre » se retrouvent le plus loin possible.

S’en tenir à une faible consommation d’alcool

Avec la nouvelle mise à jour sur les recommandations en lien avec la consommation d’alcool, il appert que la littérature est claire sur le sujet : moins nous consommons d’alcool, mieux c’est pour notre santé. La santé digestive ne fait pas exception. En effet, une consommation élevée d’alcool est associée à un plus grand risque de développer une perméabilité intestinale.

Prendre en charge sa santé digestive

Vous vivez quotidiennement avec des symptômes digestifs et vous avez l’impression d’être intolérants à certains aliments, sans trop savoir lesquels ? Prendre des actions pour briser ce cercle vicieux est certainement favorable. J’en profite pour vous rappeler que mon équipe de nutritionnistes se spécialise dans la santé digestive. Vous aimeriez prendre rendez-vous ? Tous les détails se trouvent ICI.

Vous êtes intéressés par les suppléments ?

Essayons de faire la lumière sur ce qu’on entend ou ce qu’on lit dans la littérature. L’effet potentiel de la prise orale de suppléments a fait l’objet de nombreuses recherches. Cela dit, soyons prudents! Toute prise de suppléments devrait se faire après une discussion auprès de vos professionnels de la santé.

Voici quelques exemples en lien avec la barrière intestinale :

Glutamine

À ce jour, la glutamine semble être le supplément le plus prometteur pour optimiser le niveau de perméabilité intestinale. La glutamine est un acide aminé présent dans l’alimentation et synthétisé par le corps. Plusieurs études de culture cellulaire confirment en outre son rôle dans la régulation de l’intégrité des jonctions serrées épithéliales muqueuses. Cela dit, il est encore difficile de déterminer avec précision un dosage et un contexte optimal. Pour cette raison, il pourrait être préférable de miser sur une alimentation riche en glutamine, en intégrant une variété d’aliments comme les légumineuses, les céréales, la viande, le poisson, les produits laitiers, qui sont de bonnes sources alimentaires de celle-ci.

Zinc-carnosine

Plusieurs études réalisées in vitro ou sur des rongeurs laissent entrevoir un effet favorable de la prise orale de zinc-carnosine sur la santé de la barrière intestinale. Cela dit, plus de recherches sont nécessaires pour recommander la prise de ce supplément.

Probiotiques

Certaines souches de bactéries semblent bien prometteuses quant à leur effet sur l’inflammation et le niveau de perméabilité de l’intestin. Parmi les bactéries étudiées, certaines souches de Lactobacillus stimulent l’intérêt des chercheurs. Il n’y a pas un seul « bon » probiotique. On doit plutôt chercher celui qui est bon pour nous et pour ce faire, je vous invite à consulter le Guide clinique des probiotiques.

Ai-je un intestin perméable : comment le savoir ?

Bien qu’il existe sur le marché quelques tests permettant de confirmer ou d’infirmer le niveau de perméabilité intestinale, aucun n’est réellement prouvé cliniquement. En effet, la majorité des cliniciens utilisent leur expérience et leur jugement clinique pour suspecter un état de bon fonctionnement ou non. Quoique les gastroentérologues peuvent pratiquer une biopsie et ainsi constater physiquement le degré de perméabilité, mais ce n’est pas un examen de routine! On dit de la perméabilité, qu’elle est un symptôme et donc, qu’elle résulte d’une problématique existante. À cet effet, la combinaison de quelques-uns des éléments suivants peut permettre de soulever un drapeau rouge en matière de « leaky gut ». 

On pense notamment :
👉🏻 Aux symptômes digestifs chroniques
👉🏻 Aux intolérances non identifiées
👉🏻 À l’inflammation chronique
👉🏻 À la prise de certains médicaments
👉🏻 À la présence de certaines bactéries pro inflammatoires dans la lumière intestinale
👉🏻 Au stress chronique
👉🏻 À une alimentation de type Western, très pauvre en fibres
👉🏻 Etc.

Pour conclure, vous aurez compris que plusieurs éléments peuvent influencer la santé de la muqueuse intestinale. Évidemment, l’adoption de saines habitudes de vie de manière générale, aura un effet favorable sur cette dernière. Au-delà de ce principe, prendre en charge sa santé digestive, de manière à limiter la présence de symptômes ou d’inflammation chronique, sera certainement le meilleur atout. Voilà donc une raison de plus, de s’intéresser à ce qui se passe dans le merveilleux monde des intestins.

Références

📖 Binienda A, Twardowska A, Makaro A, Salaga M. Dietary Carbohydrates and Lipids in the Pathogenesis of Leaky Gut Syndrome: An Overview. International Journal of Molecular Sciences. 2020; 21(21):8368. https://doi.org/10.3390/ijms21218368

📖 Boulangé CL, Neves AL, Chilloux J, Nicholson JK, Dumas ME. Impact of the gut microbiota on inflammation, obesity, and metabolic disease. Genome Med. 2016 Apr 20;8(1):42. doi: 10.1186/s13073-016-0303-2.

📖 Cani PD, Osto M, Geurts L, Everard A. Involvement of gut microbiota in the development of low-grade inflammation and type 2 diabetes associated with obesity. Gut Microbes. 2012 Jul-Aug;3(4):279-88. doi: 10.4161/gmic.19625.

📖 De Santis S, Cavalcanti E, Mastronardi M, Jirillo E, Chieppa M. Nutritional Keys for Intestinal Barrier Modulation. Front Immunol. 2015 Dec 7;6:612. doi: 10.3389/fimmu.2015.00612.

📖 Genser, L., Poitou, C., Brot-Laroche, É., Rousset, M., Vaillant, J. C., Clément, K., … & Leturque, A. (2016). L’altération de la perméabilité intestinale. médecine/sciences32, 461-9.

📖 Hewlings S, Kalman D. A Review of Zinc-L-Carnosine and Its Positive Effects on Oral Mucositis, Taste Disorders, and Gastrointestinal Disorders. Nutrients. 2020; 12(3):665. https://doi.org/10.3390/nu12030665

📖 Kim D, Zeng MY, Núñez G. The interplay between host immune cells and gut microbiota in chronic inflammatory diseases. Exp Mol Med. 2017 May 26;49(5):e339. doi: 10.1038/emm.2017.24.

📖 Lazar V, Ditu LM, Pircalabioru GG, Gheorghe I, Curutiu C, Holban AM, Picu A, Petcu L, Chifiriuc MC. Aspects of Gut Microbiota and Immune System Interactions in Infectious Diseases, Immunopathology, and Cancer. Front Immunol. 2018 Aug 15;9:1830. doi: 10.3389/fimmu.2018.01830.

📖 Mahmood A, FitzGerald AJ, Marchbank T, Ntatsaki E, Murray D, Ghosh S, Playford RJ. Zinc carnosine, a health food supplement that stabilises small bowel integrity and stimulates gut repair processes. Gut. 2007 Feb;56(2):168-75. doi: 10.1136/gut.2006.099929.

📖 Marcelo Campos, MD. Harvard health publishing. Leaky gut what is it and what does it mean for you. www.health.harvard.edu. Site web consulté le 11-02-2023

📖 Ma X, Nan F, Liang H, Shu P, Fan X, Song X, Hou Y, Zhang D. Excessive intake of sugar: An accomplice of inflammation. Front Immunol. 2022 Aug 31;13:988481. doi: 10.3389/fimmu.2022.988481.

📖 Pickard JM, Zeng MY, Caruso R, Núñez G. Gut microbiota: Role in pathogen colonization, immune responses, and inflammatory disease. Immunol Rev. 2017 Sep;279(1):70-89. doi: 10.1111/imr.12567.

📖 Rao R, Samak G. Role of Glutamine in Protection of Intestinal Epithelial Tight Junctions. J Epithel Biol Pharmacol. 2012 Jan;5(Suppl 1-M7):47-54. doi: 10.2174/1875044301205010047.

📖 Twardowska A, Makaro A, Binienda A, Fichna J, Salaga M. Preventing BacterialTranslocation in Patients with Leaky Gut Syndrome: Nutrition and PharmacologicalTreatment Options. International Journal of Molecular Sciences. 2022; 23(6):3204. https://doi.org/10.3390/ijms23063204

📖 Wells JM, Brummer RJ, Derrien M, MacDonald TT, Troost F, Cani PD, Theodorou V, Dekker J, Méheust A, de Vos WM, Mercenier A, Nauta A, Garcia-Rodenas CL. Homeostasis of the gut barrier and potential biomarkers. Am J Physiol Gastrointest Liver Physiol. 2017 Mar 1;312(3):G171-G193. doi: 10.1152/ajpgi.00048.2015.

📖 Zhao T, Wei Y, Zhu Y, Xie Z, Hai Q, Li Z, Qin D. Gut microbiota and rheumatoid arthritis: From pathogenesis to novel therapeutic opportunities. Front Immunol. 2022 Sep 8;13:1007165. doi: 10.3389/fimmu.2022.1007165.

Tous nos articles

Plus d'articles