Syndrome de l’intestin irritable et microbiote intestinal

Syndrome de l’intestin irritable et microbiote intestinal

8 avril 2024

En ce mois de sensibilisation sur le SII, nous plongeons plus profondément dans la relation complexe entre le microbiome et le syndrome de l’intestin Irritable (SII).

Nous le savons, la santé intestinale est très personnelle, car la composition du microbiome de chaque individu est totalement unique. Des suggestions peuvent être faites selon la littérature actuelle, mais une façon encore plus novatrice de recevoir des indications serait le recours à un test du microbiome, pour des solutions potentielles ciblées, personnalisées et au plus à jour de la science !

Le SII est une condition douloureuse qui affecte la digestion et le gros intestin. Le développement du SII est complexe et était autrefois considéré comme lié à des perturbations dans la connexion cerveau-intestin, des changements dans la motilité intestinale et le stress. Récemment, des preuves ont émergé selon lesquelles le microbiome intestinal pourrait être impliqué (1). Les scientifiques émettent l’hypothèse que la dysbiose (un débalancement du microbiome intestinal) déclenche une réaction du système immunitaire, entraînant l’installation graduelle d’une inflammation chronique, ce qui peut conduire au développement des symptômes du SII.

Par exemple, il existe des preuves de SII post-infectieux qui peuvent se développer après une gastro-entérite aiguë ou d’autres infections, ce qui soutient cette hypothèse (2). De plus, des profils microbiens distincts ont été associés au SII par rapport aux témoins sains, tels qu’une augmentation des Firmicutes et une diminution des Bactéroides.
Des changements spécifiques de bactéries sont également associés à l’expérience et à la gravité des symptômes. Autrement dit, votre signature bactérienne peut expliquer le type de symptômes et la sévérité de ces derniers. Une étude a montré qu’une augmentation des Cyanobactéries était associée à un sentiment de plénitude précoce, des ballonnements et à une augmentation globale des symptômes gastro-intestinaux, tels que mesurés par un score GSCR-IBS (Gastrointestinal Symptom Rating Scale–Irritable Bowel Syndrome).

La même étude a également rapporté qu’une augmentation des Protéobactéries était également associée à une augmentation des symptômes mentaux et à un seuil à la douleur plus élevé (3). La recherche sur le SII et le microbiome est toujours en évolution, mais constitue un domaine d’innovation passionnant et intéressant !

Curieux d’en savoir davantage sur les approches nutritionnelles pour gérer vos symptômes associés au SII? Veuillez vous référer à l’article de blogue complet de la clinique Epithélia sur le sujet, “Syndrome de l’intestin irritable : Au-delà des FODMAP quelles sont les différentes pistes d’intervention!” .

Au-delà de l’accompagnement nutritionnel, vous souhaitez obtenir des réponses provenant de votre microbiote? C’est là que JONA intervient. 

Cette analyse du microbiote vous offre une lecture approfondie de votre monde microbien intérieur. Ces informations vous permettront de comprendre davantage votre signature microbienne, si elle est oui ou non reliée à vos symptômes et votre condition de santé, toujours en se basant sur la littérature la plus à jour. En utilisant l’intelligence artificielle, JONA vous proposera des interventions spécifiques afin d’ajuster (augmenter et/ou diminuer) la quantité de certaines bactéries en fonction de la littérature disponible, afin de normaliser au maximum votre situation. Ce test peut également vous aider à identifier plus rapidement les intolérances potentielles actuelles aux différents glucides difficilement digestibles, ce qui peut vous faire gagner du temps dans l’identification des déclencheurs de symptômes !

Alors, qu’attendez-vous ? 

Références

📖 1) Shukla, R., Ghoshal, U., Dhole, T. N., & Ghoshal, U. C. (2015). Fecal Microbiota in Patients with Irritable Bowel Syndrome Compared with Healthy Controls Using Real-Time Polymerase Chain Reaction: An Evidence of Dysbiosis. Digestive diseases and sciences, 60(10), 2953–2962. https://doi.org/10.1007/s10620-015-3607-y

📖 2) Thabane, M., & Marshall, J. K. (2009). Post-infectious irritable bowel syndrome. World journal of gastroenterology, 15(29), 3591–3596. https://doi.org/10.3748/wjg.15.3591

📖 3) Jeffery, I. B., O’Toole, P. W., Öhman, L., Claesson, M. J., Deane, J., Quigley, E. M., & Simrén, M. (2012). An irritable bowel syndrome subtype defined by species-specific alterations in faecal microbiota. Gut, 61(7), 997–1006. https://doi.org/10.1136/gutjnl-2011-301501 

Tous nos articles

Plus d'articles